mercredi 27 juin 2012

Moi, rôliste...

Dans le cadre d'une "campagne pour le jdr", je me suis fendu d'un petit texte sur ma propre découverte de ce loisir et ce qu'il m'a apporté. 
Pour en savoir un peu plus : http://moiroliste.tumblr.com/

Comme beaucoup d’entre nous, j’ai découvert le jdr avec les Livres Dont Vous Êtes Le Héros et puis avec cette étrange boîte éditée également chez Gallimard. Je l’ai achetée, j’ai essayé d’y jouer avec l’un des frangins mais il a fallu que je fasse une partie en tant que joueur pour bien cerner le concept. Je ne me rappelle plus exactement quand c’était, probablement en 1986-87 et c’était bien sûr avec L’Oeil Noir. Ensuite, Pendragon (ben oui, je pensais qu’il n’y avait que Gallimard qui faisait du jdr, avant de découvrir le magazine Jeux & Stratégies et une attirante pub pour un certain Casus Belli… et ce Relais Descartes dans une galerie annecienne, Neurones), l’Appel de Cthulhu, Légendes Celtiques, Stormbringer, Warhammer Star Wars et… Pffiou ! Y en a tellement ! J’ai gardé mon premier scénario écrit pour L’Oeil Noir - voir ci-dessous -  illustré par mes soins (des copies tout de même, faut pas déconner…), avec une mise en page décalquée sur les scénarios Gallimard (la partie pour le MJ en rouge, etc.). Parce que j’ai toujours préféré faire le meneur, je ne sais pas pourquoi (pour contrôler le monde sûrement, torturer des gens et tout le reste). N’empêche, sans le jdr, je ne pense pas que j’aurais acheté mon premier livre en anglais avant un bon moment (le Monster Manual 2 pour AD&D, Waterdeep, je ne sais plus…), mon premier jdr en anglais non plus (Shadowrun en 1989), ce qui m’a donné l’envie de découvrir cette langue et ce qui me permet aujourd’hui de lire en vo des bouquins pulp jamais traduits. Et puis, surtout, c’est grâce au jdr que j’ai pu « publier » mes premiers travaux notamment grâce aux fanzines (sur papier) qui abondaient à cette époque : Atmosphères, le Tinkle Bavard (coucou Alias^^), Le Grimoire, Franc-Rêveur… avant de me faire remarquer par des éditeurs pros et faire mes premiers pas chez Oriflam, Multisim, Siroz… Mon premier dessin publié remonte à 1991 et depuis, je n’ai pas cessé de travailler pour le jdr mais aussi pour le monde du jeu dans un sens plus large : tout bon rôliste a toujours quelques jeux de plateau à tester, des jeux de cartes qui traînent… Et puis, un rôliste ça lit aussi de la BD. Ha tiens, ça tombe bien, c’est sur quoi je suis en train de travailler aujourd’hui…
Bref, merci le jdr quand même pour avoir débrider mon imagination, pour avoir été un bon élève en anglais et pour me permettre de gagner ma vie aujourd’hui !







1 commentaire:

manu a dit…

séquence nostalgie, on est surement quelques uns à qui ton texte rappelle des souvenirs. Bravo aussi pour tes planches montrées plus bas, ça promet d'être terrible, tu vas certainement mettre fin à une période de non achat bd-esque en ce qui me concerne!!